L'électeur d'extrême-droite, clé du résultat de la droite aux régionales

Publié le par Vivre Ensemble

Le président Sarkozy a démarré depuis quelques semaines sa campagne pour les régionales. Plusieurs offensives se dirigent vers le maillon faible de l'électorat de droite : le vote FN. Depuis les affaires Jean sarkozy et Frédéric Mitterrand, la gravité de la crise économique et l'image "d'homme d'argent" dégagé par Nicolas Sarkozy, les électeurs de l'extrême-droite retournent à leurs habitudes, à savoir voter FN ou ne pas voter. Suite aux différents sondages achetés par l'Elysée, et par les conseils de M. Giacometti, conseiller spécial de l'Elysée, la présidence a pris conscience de ce risque politique. Or, Nicolas Sarkozy a besoin d'un succès politique pour relégitimer la deuxième partie de son mandat : il lui faut donc gagner quelques régions, à défaut de battre la gauche. Il est essentiel donc d'éviter les triangulaires qu'un bon score du FN imposeraient et l'absention au second tour qui irait avec. C'est pourquoi Sarkozi lance plusieurs pistes de réforme dans les domaines clés de l'identité, l'immigration et l'insécurité : * débat sur l'identité nationale * volonté de tripler le nombre de caméras de vidéosurveillance dans les lieux publics * hausse des rapatriements à la frontières des immigrés * proposition de sanction des employeurs de sans-papiers * tolérance zéro, visite en banlieue Si l'on ajoute à cela les petites polémiques sur le "devoir de réserve" des écrivains, sur le couvre-feu que certains envisagent, on se demande comment les électeurs d'extrême-droite pourraient ne pas comprendre le message et ne pas glisser le bon bulletin dans l'urne. A moins que le personnage, sur ces sujets qui n'ont pas bouger d'un pouce depuis 3 ans, ne soit plus crédible ?

Publié dans L'intercommunalité

Commenter cet article