La vidéo complète : Dominique de Villepin est l'invité de C Politique sur France 5 (10/04/2011)

Publié le par Agir Ensemble

(AFP) - Dominique de Villepin (ex-UMP, RS) a fait dimanche un pas supplémentaire vers 
sa candidature en 2012 en affirmant vouloir "incarner le projet" politique qu'il doit 
présenter jeudi prochain, et a relativisé l'émancipation de Jean-Louis Borloo du camp 
présidentiel. 

Interrogé dans l'émission "C-Politique" de France 5 pour savoir s'il serait candidat à 
l'élection présidentielle, l'ex-Premier ministre a répondu : "Vous avez bien compris que 
j'allais présenter un projet et que ce projet j'avais fermement l'intention de l'incarner". 
Un peu plus tard, corrigeant la journaliste qui le présentait comme candidat déclaré, le 
président de République solidaire (RS) a dit avoir "vocation à incarner le projet" qu'il doit 
dévoiler jeudi lors d'une conférence de presse à Paris. 

Il est resté évasif sur l'annonce officielle de sa candidature. "Je le dirai quand les Français 
seront dans le temps de l'élection présidentielle", a souligné M. de Villepin, répétant 
vouloir "proposer une alternative" à la politique menée depuis quatre ans par Nicolas 
Sarkozy et son gouvernement. 
L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac a par ailleurs relativisé l'émancipation de 
Jean-Louis Borloo, qui a annoncé jeudi dernier qu'il quittait l'UMP et était "prêt" à 
représenter le centre à l'élection présidentielle. 
"Seul l'avenir nous dira la portée du geste qu'il souhaite accomplir", a dit Dominique de 
Villepin. 
"Je ne crois pas que Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo aient vocation à divorcer", a-t-il 
ajouté, rappelant que le second avait été pendant près de quatre ans ministre du premier. 
"Ces quatre années ont marqué des liens profonds entre les deux hommes, un accord sur 
une politique qui a été menée". 

Pour M. de Villepin, M. Borloo, en souhaitant une "alliance républicaine" entre les 
différentes formations du centre, veut "recomposer le jeu des partis politiques". "Ce n'est 
pas du tout la vision de la politique qui est la mienne (...) je ne me suis jamais laissé guider 
par des intérêts partisans", a-t-il affirmé

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article