Retraite : la joint-venture des frères Sarkozy contre les régimes par répartition !

Publié le par Agir Ensemble

profitent-retraites-L-1.jpg

 

Les grands opérateurs privés sont convaincus que la réforme des retraites va conduire à l'asphyxie financière des régimes par répartition et favoriser les systèmes par capitalisation. C'est le calcul que fait le patron du groupe Malakoff Médéric, un certain... Guillaume Sarkozy. Il va créer une société commune avec la Caisse des dépôts et la CNP. Parti pris contre une privatisation qui ne dit pas son nom.


Malakoff Médéric, premier groupe paritaire de protection sociale
Retraite complémentaire, assurances collectives, assurances individuelles, assurances intermédiées, action sociale...

Médéric, organisme de retraites complémentaires transformé au fil des ans en un gigantesque ovni financier, a gardé quelques racines avec le monde mutualiste et coopératif, mais a muté à vive allure vers les marchés financiers et gère donc de gros intérêts privés. Médéric a pour patron (parachuté) Guillaume Sarkozy, homme d’affaire «brillant», plus ou moins viré du Medef.

Si Guillaume Sarkozy fait irruption dans cette histoire, c'est qu'il a en effet réalisé un «coup» formidable. En tout cas pour son entreprise. Il a scellé une alliance avec la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et sa filiale la CNP (assurances, épargne, assurance vie, retraites…), en vue de créer une «joint-venture», une co-entreprise si l'on préfère, dont l'ambition est de jouer un rôle majeur dans les années à venir sur le marché de la retraite complémentaire.

Et kékiladit not’bon président ? kékiladit ? Que la « réforme » des retraites sera faite au plus tard à la mi 2010…

Les conjurés de la CDC, de la CNP et de Médéric se frottent les mains : «Un complément d'épargne annuel de 40 milliards à 110 milliards d'euros en 2020 serait nécessaire pour maintenir le niveau de vie des futurs retraités.» Sous-entendu : les régimes de retraite par répartition vont à ce point être étranglés par les évolutions démographiques et par l'absence de nouvelles recettes que cela fera forcément les affaires d'autres opérateurs.

Conclusion : les trois alliés doivent nourrir «l'ambition de créer un leader dans le domaine de la retraite supplémentaire, collective et individuelle». Sur les décombres des régimes par répartition qui vont faire de plus en plus mal leur office.

Publié dans L'intercommunalité

Commenter cet article

Med 21/10/2010 15:55


Les hommes de la CDC, de CNP et de Médéric dirigé par le PDG Guillaume Sarkoz... s’en frottent les mains: «Un complément d’épargne annuel de 40 milliards à 110 milliards d’euros en 2020 serait
nécessaire pour maintenir le niveau de vie des futurs retraités.» Sous-entendu: les régimes de retraite par répartition vont à ce point être étranglés par les évolutions démographiques et par
l’absence de nouvelles recettes que cela fera forcément les affaires d’autres opérateurs.


Demo 21/10/2010 15:53


Les hommes de la CDC, de CNP et de Médéric dirigé par le PDG Guillaume Sarkoz... s’en frottent les mains: «Un complément d’épargne annuel de 40 milliards à 110 milliards d’euros en 2020 serait
nécessaire pour maintenir le niveau de vie des futurs retraités.» Sous-entendu: les régimes de retraite par répartition vont à ce point être étranglés par les évolutions démographiques et par
l’absence de nouvelles recettes que cela fera forcément les affaires d’autres opérateurs.