Une bien étrange coïncidence : à qui Dominique de Villepin fait peur ?

Publié le par Agir Ensemble

 

Un-collectif-constitue-de-citoyens-francais-de-toutes-origines-a-la-rescousse-de-Dominique-de-Villepin

n111671282201519 9623

 

Dominique de Villepin a rassemblé le 19 Juin 2010 à la Halle Freyssinet ses partisans et fondé le mouvement République Solidaire (RS). Pendant que les choses se structuraient du coté de la direction de RS, certains des militants de la première heure, le noyau dur des citoyens gaullistes et villepinistes, ont été approchés par des éléments dont les intentions malveillantes se sont révélées par la suite.

 

Cette approche, ciblée à la fois sur les personnes et sur le temps, ne s’est pas faite au hasard ou à tâtons.

 

Elle rentre dans le planning suivant :

q  19 Juin : Présentation du mouvement RS

q  20 Juin : Visite de Claude Guéant à Alger sur ordre express de Nicolas Sarkozy, pour « détendre l’atmosphère ».

q  Juin : mission donnée par Sarkozy à Raffarin d'aller jouer le monsieur bons offices auprès des autorités algériennes et leur faire des propositions commerciales pour novembre 2010 (c'était déjà dans ce même ordre d'idée que l'ancien Premier ministre avait été dépêché auprès du gouvernement chinois en 2008).

q  Aout : publication sur des médias, de la création d’un soit disant comité de soutien « officiel » à la candidature de Dominique de Villepin, « présidé » par une personne issue de l’immigration. «Comité de soutien» dont il est manifeste qu'il a été orienté par des personnes malveillantes pour réveiller les sentiments communautaristes et les diviser.

q  Aout : réaction du secrétariat général de RS à cette annonce.

q  Septembre : campagne de dénigrement tout azimut contre Monsieur de Villepin en agitant le reflexe communautaire.

Ces minables attaques d’août et de septembre 2010, diffusées par différents médias français et étrangers contre Dominique de Villepin, coïncident curieusement avec, à la fois des mesures de plus en plus restrictives sur les immigrants maghrébins, réglementations liberticides qui font l'objet d'une communication de long en large par Eric Besson, et par la volonté de Sarkozy, dans la perspective de l'élection présidentielle de 2012, de se concilier la bienveillance du gouvernement algérien (comme lors de son voyage en tant que ministre de l'Intérieur à la fin de l'année 2006 pour préparer la présidentielle de 2007), susceptible d'orienter les sympathies de la même communauté musulmane en France.

 

L’angle de diversion n’est pas du tout fortuit.

 

N’oublions pas que des différences fondamentales existent entre la politique du gouvernement français actuel et la vision et l’engagement historique de Dominique de Villepin.

 

En effet, d’un coté, nous avons affaire à une politique néoconservatrice, intégrée à l’OTAN, renversant complètement les équilibres mis en place par le Général De Gaulle, par Jacques Chirac et par Dominique de Villepin sur la scène internationale.

 

D'un autre coté nous avons un homme, grand serviteur de l’Etat et de l’intérêt général qui par son expérience, son engagement gaulliste social, ses origines et l’affection qu’il porte aux populations des deux cotés de la méditerranée, affirme une fois de plus sa résolution à résoudre les conflits du Proche-Orient par une politique nationale et internationale équilibrée.

 

A qui faire confiance ?

 

L’homme qui a dit non en 2003 à l’ONU ou bien l'homme du discours de Grenoble ?

 

Qui est le plus crédible ?

 

Celui qui veut servir sans se servir, celui qui veut faire une vraie coopération entre la France et le Sud, en particulier le Maghreb, ou bien celui qui se sert sans servir et qui a le toupet de diviser les communautés tout en essayant de s'attirer les bonnes grâces des Etats dont sont issus les personnes stigmatisées ?

 

De qui se moque-t-on ?

 

Quelle serait la mission de Jean-Pierre Raffarin ?

·      Défendre les intérêts de la communauté Franco-Algérienne et par extension franco-maghrébine voire musulmane, que l’on n'arrête pas de fustiger par des mesures humiliantes ?

·      Ou bien favoriser le business des copains et contribuer à la reconduite de cette politique de désunion nationale, dévastatrice et hypocrite en 2012 ?

Nicolas Sarkozy pense-t-il duper une nouvelle fois les citoyens français en espérant gagner sur tous les tableaux ?

M. ZENASNI \ L. SONTAG

ensemble.jpgAgir

Commenter cet article