Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique de Villepin a estimé aujourd'hui que le débat sur la laïcité : une "erreur"

Publié le par Agir Ensemble

 

 

 

 

Dominique de Villepin a estimé aujourd'hui que le débat sur la laïcité prévu le 5 avril par l'UMP était une "erreur" et qu'il fallait "à un moment donné constater l'échec". Invité de Questions d'Info LCP/France Info/AFP, l'ancien premier ministre et président de République Solidaire (RS) a fait valoir que "ce débat avait pour seul mérite - mérite avec des guillemets - de faire progresser le Front national".

"Il se fait sur une base totalement virtuelle, il nous éloigne des priorités et des préoccupations des Français", a-t-il poursuivi, en ajoutant : "il faut savoir à un moment donné constater l'échec". "Ce débat est une mauvaise idée et la politique, surtout quand les choses sont difficiles, c'est parfois de reconnaître qu'on a fait une erreur".

Comme on lui demandait si ce débat procédait d'un calcul électoral, il a répondu : "souvent quand on dit c'est politique, en réalité c'est une habileté". Or, a poursuivi M. de Villepin, "ce n'est pas la vocation des hommes politiques de se conscarer à des habiletés, qui se retournent finalement contre eux et ne sont plus des habilités".

L'ancien premier ministre s'est dit "heureux de voir que l'ensemble des églises (étaient) d'accord pour considérer que ce (n'était) pas le bon moment et que ce (n'était) pas la bonne façon", d'aborder la question de la laïcité. "Ce n'est pas le moment, car nous sommes dans une période de très grande tension, de très grande souffrance des Français, où il faut donner la priorité à leurs vraies préoccupations que sont l'emploi, le pouvoir d'achat, la sécurité", a-t-il dit.

Pour lui, il ne faut "pas utiliser un certain nombre de thèmes, comme l'immigration, qui sont susceptibles de diviser les Français là où il faut agir". "En ce qui concerne la méthode, ce n'est pas au parti majoritaire de lancer un tel débat. C'est un débat d'intérêt général, d'intérêt national. On voit bien que les conditions ne sont pas réunies", a-t-il conclu.

Source: AFP


*****

Dominique de Villepin ou la stratégie du salami…

Pendant l’UMP contient tant bien que mal la crise qui secoue le parti de Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin poursuit son chemin. L’ancien Premier ministre semble de plus en plus convaincu d’avoir vu juste. Il était l’invité de l’émission "Questions d’info", avec la chaîne parlementaire et l’AFP.

L’UMP implose, les centristes hésitent, situation excellente, Dominique de Villepin attaque. Petite paraphrase d’un discours du maréchal Foch, pour décrire l’état d’esprit de ce hussard de la politique. Dominique de Villepin observe les secousses de la majorité sarkozyste avec la confiance de celui qui avait tout prévu. La dispute entre François Fillon et Jean-François Copé ? Pour lui, elle était inscrite dans la conception du pouvoir sarkozyste : "c’est un clash qui est présenté comme un clash politique, alors que c’est un clash mécanique. Il ne peut pas en être autrement dès lors que le chef de la majorité c’est le président de la République. Nous avons un Premier ministre qui depuis 4 ans n’est pas tout à fait le Chef du gouvernement, et et pas tout à fait chef de la majorité, même pas du tout. C’est le déséquilibre institutionnel qui crée le clash mécanique entre les dirigeants de la majorité."

Et les dangers de cette mécanique, Dominique de Villepin assure les avoir décrits à Nicolas Sarkozy dès 2007.

"Moi je considère que ce n’est plus tenable depuis des années. J’ai eu un entretien avec Nicolas Sarkozy le dimanche du second tour. Il m’a dit je vais nommer François Fillon Premier ministre, voilà comment je vais gérer les choses. Et je lui ai dit très clairement, ça ne peut pas marcher. Nous sommes en 2007 ! ça ne pouvait pas marcher c’était écrit. L’UMP n’a pas de président et ça se fait sentir. On ne peut pas diriger l’UMP depuis l’Elysée. Les uns et les autres n’ont pas les bons outils dans les mains. Le secrétaire général de l’UMP n’a pas la légitimité pour diriger l’UMP. Et le Premier ministre n’a pas ce qu’il faut pour être le chef du gouvernement et de la majorité. Il ne faut pas s’étonner que cela ne marche pas." Et aujourd’hui donc, Dominique de Villepin estime que les événements lui donnent raison.

Donc on comprend que la majorité n’en serait pas là si Nicolas Sarkozy avait écouté Dominique de Villepin… Mais sur le fond des sujets, sur les attentes des Français, qu’a donc à dire l’ancien Premier ministre ?

Dominique de Villepin présentera son programme le 14 avril prochain. Ce sera autre chose qu’un simple "ajustement fiscal et budgétaire", pour reprendre son expression à propos du projet du PS. Et ce sera sans doute au-delà des clivages traditionnels, et pas du tout de la même veine que la politique de Nicolas Sarkozy, qui encore une fois, n’a pas bien écouté les conseils de Dominique de Villepin en 2007 : "la première chose que je lui ai dit la veille de son élection, c’est aujourd’hui, la clé de notre pays c’est la justice sociale. Et la majorité est parti avec la loi TEPA, qui a donné le contre signal, qui a donné le signe d’une France qui se donnait aux plus riches, et aux plus aisés. Donc je crois que le point de départ c’est un contresens, sur les attentes des français. Les français veulent de la justice sociale. Nous sommes un pays riche, très riche, parmi les plus riches du monde, le problème c’est que la richesse est mal répartie".

Dominique de Villepin, celui qui va redistribuer la richesse, cela pourrait être son projet présidentiel pour 2012. Pour l’instant, celui qui domine à droite, c’est Nicolas Sarkozy. Mais cela n’empêche pas Dominique de Villepin de croire en sa bonne étoile, car il est persuadé d’avoir créé un mouvement qui légitime sa candidature : "je n’ai pas fait de compromis. Je crois qu’il y a une vraie légitimité à poser ses idées et à le faire tôt et à ses battre pour elles. Moi cela fait 4 ans que je mène un combat. 4 ans que je dis et que je ressasse la nécessité du rassemblement et de la justice sociale. Moi je suis à la tête d’un mouvement qui est ouvert à tous, à des gens de l’UMP, à des socialistes, à des radicaux, à des centristes, c’est un mouvement l’engagement qui est le notre, c’est un mouvement."

Dominique de Villepin est-il d’ores et déjà candidat à la présidentielle ?

Pas tout à fait, pas encore, c’est un processus de conviction par étape, cela s’appelle la stratégie du salami, tranche par tranche, pas à pas : "si je vous disais aujourd’hui : voila je suis candidat, vous diriez mais quelle présomption. Si je vous disais : oui je serai président de la République, vous diriez mais quelle présomption ! pas à pas ! c’est la stratégie du salami. Il y a des évidences que vous partagerez. Quand il y a 4 ans, je vous disais : çela ne peut pas marcher, vous me disiez, bon vous vous prenez pour qui, madame Irma ? aujourd’hui, cette évidence là vous la partagez. Quand il y a 3 mois, j’expliquais que ce débat sur l’identité nationale, maintenant sur la laïcité, était absurde, vous étiez un peu sceptique. Maintenant que les 6 représentants des églises vous le disent vous dites mais oui c’est évident. Voilà, ne pas avoir raison trop tôt. J’essaie de ne pas avoir raison trop tôt."

Comme dit l’adage, si pour convaincre les autres, il faut d’abord être convaincu soit-même. Sur ce plan, Dominique de Villepin est pourvu.

Source: France Info

Commenter cet article