H1N1 une affaire juteuse

Publié le par Vivre Ensemble

Le laboratoire français qui produit le vaccin h1n1 s’appelle Sanofi-Aventis
On trouve dans son conseil d’administration des noms qui posent quelques questions.
Ce laboratoire a produit 28 millions de doses, contre 16 millions pour le laboratoire suisse Novartis, et 50 millions de doses pour le laboratoire britannique GSK.
Sanofi va fournir 40 % du marché mondial.
Ce qui représente un marché énorme.
Pour la France, le ministère de la Santé va payer 879 millions d’euros, pour 94 millions de doses.
Difficile d’estimer le montant global à l’échelle mondiale, mais par une simple règle de trois on peut estimer le marché mondial à 87,9 milliards d’euros, si chaque pays suivait l’exemple français.
Au conseil d’administration de Sanofi, il y a 16 membres.
Il y a par exemple Jean René Fourtou, lequel est aussi président du conseil de surveillance de Vivendi Universal.
Son épouse, Janelly, est députée européenne, et a quitté le modem pour se rapprocher de la majorité présidentielle. (on a évoqué des conflits d’intérêts au sujet de brevets)
Nous trouvons aussi Claudie Haigneré, proche de la majorité présidentielle et qui a été ministre de Jean Pierre Raffarin entre 2002 et 2005.
Il y a aussi Thierry Desmarets, président du groupe Total, et membre du conseil de surveillance d’AREVA, administrateur d’Air Liquide, et de Renault, ainsi que Patrick de la Chevardière, ex-directeur financier du groupe Total.
Robert Castaigne, membre lui aussi du conseil d’administration avait précédé Patrick de la Chevardière au poste de directeur de Total.
Il est aux côtés de Lindsay Owen Jones, président de L'Oréal, et de Christian Mulliez, vice-président du même groupe.
Ainsi que Jean Marc Bruel, membre aussi du conseil d’administration de l’institut Curie, composé de membres de l’institut Pasteur, et de représentants de l’état.
On voit donc les liens étroits qui existent entre l’état et ces entreprises.
Au-delà de la vaccination h1n1, c’est en quelque sorte la santé qui est en France et ailleurs une affaire de gros sous.
Par exemple, on sait que François Sarkozy, frère cadet de Nicolas, travaille depuis 2001 dans le secteur pharmaceutique.
Il est entré en 2005 au conseil de surveillance de Bio Toutiance Pharma, dont il est vice-président.
Ce François, soupçonné d’être le père de la fille de Rachida Dati, s’est illustré il y a quelque temps en faisant retirer un article qui avait paru dans « Voici ».
L’article, intitulé « une surprenante visite » montrait François Sarkozy sortant de la clinique parisienne où se trouvait Rachida Dati laquelle venait d’accoucher.
Revenons au groupe dont François Sarkozy est vice-président.
Crée en 1997, ce groupe a concentré son activité sur les marchés thérapeutiques en forte évolution : cancers, maladies virales graves, VIH, maladies infectieuses opportunistes.
Il est probable que l’annonce qu’a fait récemment Nicolas Sarkozy concernant le plan cancer aura des retombées positives sur les laboratoires de recherche et sur l’entreprise dont son frère cadet est le vice-président.
En effet, le 2 novembre Sarkozy a dévoilé son plan Cancer, pour lequel il a alloué une somme de 750 millions d’euros.
La question peut se poser : ne vaudrait-il pas mieux travailler en amont, pour empêcher la propagation du cancer et autres leucémies ? D’autant qu’on en connait (en partie) l’origine : pollution nucléaire amiante pesticide, ondes électromagnétiques
Le professeur Rath affirme que les moyens existent pour soigner efficacement le cancer, mais il s’est fait beaucoup d’ennemis en dénonçant : « le cartel des entreprises pharmaceutiques qui s’enrichissent honteusement en mettant sur le marché des médicaments qui tuent ou qui rendent malade, ou mettant sur le marché des produits inutiles ».
En France, la résistance s’organise.
Celui qui n’a pas encore lu le brulot de Patrick de Funès « médecin malgré moi » (au cherche-midi 2008) devrait réparer cet oubli.
Le fils de Louis dénonce des pratiques médicales, qui font dresser les cheveux sur la tête.
On peut aussi découvrir les critiques radicales émises par Christian Lehmann, médecin généraliste, dans son livre « les fossoyeurs » sous-titré : « notre santé les intéresse », éditions PRIVE.
Car comme disait un vieil ami africain : « La pluie mouille les taches du léopard, mais elle ne peut pas les effacer ».
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article